Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 18:17

 Bonjour à tous !

 

  

C'est à l'évènement annuel incontournable de novembre dernier que j'ai entendu parler de lui pour la première fois ...Il est venu ! Mais oui, on l'a vu ! De qui parlera-t-il sur son fameux blog ...??

Les auteurs de "Chloé des lys" - ma maison d'édition chérie - présents à la foire du livre de Tournai, parlaient de lui comme d'un anonyme qu'on attend et dont on ne connaît  que très peu de choses ...Un homme mystérieux, visage transparent ou... mille visages...?

Moi, j'écoutais ces murmures ruisseler d'auteurs à auteurs ...

- Mais si, il  est venu, je t'assure...

- Il a posé des questions ?

- T'es certain, Claude ?

- Oui oui, Micheline lui a parlé ! 

A cette époque,  tous ces auteurs de chez "Chloé des lys", je ne les connaissais pas encore très bien ..Etaient présents si mes souvenirs sont fidèles : Christophe Leurquin, Martine Dillies-Snaet, Kate Milie, Claude Colson, Cathy Bonte, Bob Boutique ....Et donc pour moi, toutes ces suppositions constituaient un véritable charabia et le gars en question, je l'avais classé dans la catégorie  personnages  énigmatiques du  style "l'homme au masque de fer" and co ...

 

Grâce à Edmée de Xhavée  et Micheline Boland, le "il" se transforma en "le petit belge" et dès lors, je sus que l'inconnu en question était un amoureux de notre petit pays gentil et de tous ces habitants ...

Ce "Petit Belge ", depuis cette rencontre insolite, je l'ai comme adopté puisque  plusieurs fois par semaine, je me prélasse sur son blog, une mine de renseignements sur tout ce qui fait les beautés et les richesses de notre Belgique adorée ...Connaissez-vous les sept merveilles de la Belgique ? Non ? Ah ....Et les brasseries belges, ça vous intéresse, n'est-ce pas ? Ah, voilà , on tend l'oreille, à présent ..

Créé en décembre 2006, suite à ce fameux faux journal télévisé, le journal du petit belge a pour objectif de relayer toutes les activités en faveur de l'unité de la Belgique, de montrer les beaux coins de notre pays et de mettre en valeur les belges qui se distinguent dans tous les domaines ...Le 14 mai 2010, un 500 ème article est venu ponctuer ce blog du petit belge ...

Parallèlement, le petit belge a lancé le blog des auteurs belges et là mes amis, je suis très fière de vous annoncer que mon nom partage la vitrine avec quelques autres auteurs belges ...et pas des moindres ...Vincent Engel, Nicolas Ancion ...

Avec grand plaisir, Carine-Laure Desguin ( maintenant, je parle de moi à la troisième personne, comme monsieur Alain delon .. ) a donc répondu à une intervieuw de cet amoureux de notre belgitude ( à lire également sur le blog des auteurs belges )

Si vous voulez en savoir plus sur moi, heuuu, le nom de mon dernier flirt..? Le nom de mon premier flirt aussi peut-être ??

Lisez donc ...

 

1° Pouvez-vous présenter?

Si le joker m'était permis, je le prendrais car parler de moi n'a jamais été ma tasse de thé! Parler non plus, d'ailleurs... Sur la quatrième de couverture de mon premier roman "Rue Baraka", c'est volontairement que la bio se réduit à quelques mots : Carine-Laure Desguin, elle aime sourire aux étoiles et dire bonjour aux gens qu'elle croise... Mais voilà, ce modèle de présentation est trop réducteur, je le sais... Depuis de nombreuses années, je travaille dans le secteur paramédical, en extra-muros. Post-graduée en gérontologie sociale et diplômée en pédagogie, c'est vraiment à l'écoute des autres et chez eux que je me sens le mieux. C'est dans cette sphère-là que je me sens utile... J'aime bouger et aller vers les autres. J'aime traverser les rues, sillonner les campagnes et soigner les gens.

2° Quand avez-vous commencé à écrire et qu'est-ce que cela vous apporte?

La première fois que j'ai mis sur le papier tout un ressenti, j'avais sept ans! La phrase qui commence le texte est encore présente dans mon esprit : "Les gens d'ici sont très gentils...". Je venais de quitter une région et j'arrivais dans une autre, mais dès le premier jour, je suis allée à la recherche des autres enfants du quartier et le texte que j'ai écrit le soir était destiné à mon cousin qui, lui, était resté dans mon ancienne ville. Vers 12 ans, j'ai lu "Bonjour tristesse" de Françoise Sagan et à ce moment-là, l'écriture m'est apparue comme une évidence... Durant mon adolescence, j'ai beaucoup lu et écrit. Je lisais tout ce qui m'était possible de lire. Mes écritures se résumaient à de la poésie et à des textes de tous genres. Et vers 19 ans, j'ai décidé de ne plus écrire, de me consacrer à mes études. Durant une bonne vingtaine d'années, je n'ai plus écrit du tout et mes lectures se focalisaient sur les informations relatives à mon travail et, grâce au ciel, je me suis promenée beaucoup dans les livres de psychologie dynamique... L'âme humaine et tous les oiseaux qui l'entourent, çà me passionne! En 2007, j'ai acheté "Vieillir sans toi" de Michel Cyprien et quand j'ai refermé ce roman, une évidence s'est imposée à moi : mon désir d'écrire était intact. Les semaines qui suivirent, une histoire a cogné dans ma tête et des personnages se sont installés sur le papier. Ce que m'apporte l'écriture? Offrir aux lecteurs une parcelle de mon imaginaire. Et puis, beaucoup beaucoup d'amour! Lire et écrire provoquent en moi ce très beau sentiment car j'aime vraiment les mots et toute l'énergie qu'ils transposent.

3° Quelles sont vos sources d'inspiration et vos thèmes de prédilection?

Mes sources d'inspiration sont nombreuses et je pense que je ne les ai pas encore toutes expérimentées... Je me surprends moi-même! Mon second roman, "Les enfants du Grand Jardin", c'est un conte surréaliste pour adultes et adolescents. L'origine du texte est insolite. L'an dernier, j'ai eu l'envie de passer un dimanche après-midi dans un endroit où je n'étais jamais allée. Depuis longtemps, je désire rouler sur un solex et je pensais que ce dimanche-là se réunissaient des solexistes. Dans le grand jardin d'une maison privée, des artisans proposaient leurs créations, des peintures, des sculptures. Pas de solexistes et pas de solex non plus! Durant deux heures, je suis restée là, je regardais tous ces gens qui aimaient se rassembler et offrir aux touristes d'un jour l'une ou l'autre chose artisanale. Le lendemain, toc toc toc, des flashs s'étoilaient devant les yeux. Dans un endroit inconnu, deux fées rassemblent des enfants venus de tous les horizons. Elles leur apprennent à vivre, à aimer et à parler une langue spéciale , la langue qui n'a pas de bois... "Les enfants du Grand Jardin" étaient nés... La lecture de certains auteurs déclenchent chez moi des images et une envie instantanée et quasi incontrôlable d'écrire. Je pense à Xavier Deutsch, André Breton... Encore une inspiration insolite : une amie se fracture le scaphoïde, un petit os du pied. Par boutade, je lui dis : "on connaissait déjà l'astrogale d'Albertine Sarrazin, maintenant il y aura le scaphoïde d'E.R.". Le lendemain, je filais à la bibliothèque et quelques jours plus tard, j'écrivais sous forme de poésies des épisodes de la vie de ce grand écrivain qui défraya la chronique (ce texte datant d'octobre peut se lire sur mon blog : Alger 1937, Paris 1967, une révolte, un destin).

4° Pourquoi avez-vous souhaité être publiée et pourquoi avoir choisi les Editions Chloé des Lys?

Au départ, je ne pensais pas être publiée. C'est une amie qui, après la lecture de "Rue Baraka", m'a incitée à rechercher un éditeur. Sur Internet, les références de nombreuses maisons d'éditions s'entrechoquent. La lecture de commentaires de certains auteurs m'a fait prendre connaissance des difficultés du monde de l'édition...et de la vigilance dont devait faire preuve un futur édité! Et donc, j'ai compris que chez Chloé des Lys, le compte d'éditeur était réellement le compte d'éditeur. L'auteur ne débourse rien. Ce contrat chez Chloé des Lys m'a donné confiance en moi.

5° Pouvez-vous nous parler de votre premier roman "Rue Baraka"?

"Rue Baraka", mon premier roman, investit vraiment dans le thème qui me titille les neurones depuis longtemps : la rencontre inattendue et que faisons-nous de ces rencontres, le destin, la destinée... Vous l'avez compris : c'est l'histoire d'une rencontre. Par hasard - celui-ci aussi, je l'aime, le hasard - Tarek, un jeune homme désoeuvré, rencontre un vieux peintre encore plein d'enthousiasme. De la vie, le vieux peintre connaît ses mystères et surtout ses secrets. Il apprend à Tarek le plus grand des secrets de la vie : celui qui nous offre le pouvoir de faire de nos rêves une réalité... Dans cette grande maison de ville, Tarek apprendra tout d'abord à rêver et connaîtra ensuite le secret du secret.

6° Quels sont vos projets?

Les projets se bousculent, ils veulent tous être le premier dossier... "Les enfants du Grand Jardin" sont en attente au comité de lecture de chez Chloé des Lys. "Mademoiselle Lucas" attend une relecture. Et puis, ne riez pas mais voici quelques mois, j'ai rencontré par hasard - encore lui - un personnage insolite qui m'a demandé de but en blanc d'écrire l'histoire de sa vie... Cela fait donc partie de mes projets...mais j'en ai d'autres, attendez un peu...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Carine-Laure Desguin
commenter cet article

commentaires

pierrot ermite des routes du Canada 04/09/2013 15:49

Bravo Carine-Laure pour votre si sympathique blogue:)))

Ici au Québec, Canada, on me surnomme Pierrot l'ermite des routes ou encore le vagabond céleste.

Ma poésie de vivre se prépare à vagabonder la Belgique avec légendes vraies et chansons sur bâton de pélerin, le tout écrit à partir de vraies histoires vécues sur la route au Québec:)))

mon âme vagabonde espère bien vous croiser pour échanger sur nos créativités respectives:)))

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com

sur google
citations de Nelson Mandela
Simon Gauthier conteur, le vagabond céleste
pierrot vagabond

courriel
pierrot@reveursequitables.com



LA ROUTE T'APPELLE


COUPLET 1

une vieille route
de campagne quelque part
une vieille grange abandonnée
avec d’la paille
dans laquelle je dors
encore

y a personne
y a pas de bruit
y a que l’aurore
qui s’approche
de mon corps

REFRAIN

réveille-toi mon ami,
wohhhhhhh
la route t’appelle
la brume est bel…el…le

tu vas claquer un peu des dents
la fin du mois d’septembre surprend
mème les vagabonds milliardaires
de leur temps

COUPLET 2

un vieux crouton d’pain
qui traîne dans le pack sac

un jeune psychologue
qui descend de son char
y s’est perdu
où est Quebec?
j’embarque avec

y est pressé
y roule ben vite
y est ben stressé
une cliente en attente

COUPLET 3

sur la galerie
d’Radio-Québec
dans la ville de Québec

le ventre plein
cette nuit-la
moi j’ai dormi
mon crouton d’pain
loin de la pluie
loin de la pluie

ma douce aurore
rapelle-toi
de toi
contre mon corps

comme
c’etait beau
nous deux
tremblant
de froid
dehors

Pierrot
vagabond céleste


Pierrot est l'auteur de l'Île de l'éternité de l'instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l'un des tous premiers
chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs.

Pierrot
vagabond des mots et des routes

Carine-Laure Desguin 06/09/2013 17:53



Salut Pierrot, bienvenue en Belgique! 



Edmée 04/07/2010 00:38


Je relis ton texte, avec un petit rire, car on dirait que tu annonces l'arrivée du Messie. Lui, il, on en parlait comme d'un mythe, d'une légende.... La ballade du Petit Belge, la légende du Petit
Belge...

Et pourtant, c'est bien autour de lui que nous nous retrouvons presque tous, non?


Carine-Laure Desguin 04/07/2010 18:34



En effet et je n'avais pas du tout remarqué que mes mots parabolaient autant ! Mais tu le vois, notre "petit belge", sur le dos
d'un âne , arrivant dans une ville ...Et Ensor ressuscitant - au point où on en est allons-y gaiement défoulons-nous -  reprendrait palettes toiles et squelettes et nous remettrait une
couche de ses délires ....ne me pousse pas, Edmée ! Tu vois bien que je démarre à toute vitesse !



Mimi du Sud 02/07/2010 13:57


Bonjour Carine-Laure,

Mon petit passage pour te souhaiter une bonne aprem,
il fait trés chaud,déja 33° c'est étouffant,alors je m'en vais
au bord de la mer.Gros bisous à toi,de Mimi du Sud.


Carine-Laure Desguin 02/07/2010 18:30



Merciii Mimi de ce passage sur mon blog ! Le blogrank va grimper !!! Il fait chaud dis-tu mais tu peux plonger dans l'eau
...tandis que moi ici, le plongeon pourrait m'être fatal ! Merci Mimi !



Kate 29/06/2010 20:49


Je ne me lasse pas de lire et relire toutes ces jolies phrases, les tiennes, celles d'Emilie... Interview emplie d'humanité et de véracité, note de lecture qui donne vraiment envie de RElire ton
livre... Chouette pour nous lectrices et lecteurs que tu sois... débordée de projets... ;-)


Carine-Laure Desguin 29/06/2010 21:22



Hé oui , tu vas dire que c'est un comble mais pour le moment, je relis "RUE BARAKA" et tu sais quoi ? Et bien je les
aime, ces personnages qui étaient mes amis pendant tellement d'heures de travail ! Et c'est grâce à toutes vos notes de lecture que je me suis replongée dans cette rue ...C'est pas que je sois
narcissique, non non ! Les notes de lecture, c'est un plaisir de les offrir à un auteur, un réél plaisir ! Je me souviens de ce mardi que j'avais passé à lire UNE BELLE EPOQUE et de ma fierté
quand je te l'ai donnée ! C'était ma première ! Et de ton empressement à lire RUE BARAKA, je m'en souviens aussi ! Une vraie course contre la montre ! Que du bonheur dans des souvenirs pareils !
Travaillons pour qu'ils vivent longtemps ! Mercccci KAte Milie !



Un petit Belge 29/06/2010 17:51


Merci Carine-Laure, Edmée, Florence et Mimi du Sud pour vos gentils messages me concernant. Je ne savais pas que j'avais fait autant impression à Tournai La Page 2009...


Carine-Laure Desguin 29/06/2010 21:15



Si si ! Vois-tu , à TLP, c'était ma première prise de contact DE visu avec mes collègues de Chloé des lys et donc j'étais à
l'affût de tout ce qu'on disait ....Suis une grande curieuse ! Et j'étais curieuse de savoir qui était ce "Petit Belge" ...Ensuite, je suis tombée en amour des blogs et de toutes les richesses
qu'ils distillent ...C'est vrai n'est-ce pas ? C'est un monde en parallèle de notre monde et il renferme plein de gentilles choses ! Souvenons-nous de cet élan vers Florence de Nantes ...Et puis,
j'aime mon pays, la Belgique et donc tout ce qui le protège et lui donne ses lettres de noblesse...A bientôt et j'espère que quelqu'un pourra me résoudre mon problème technique ( ne sait toujours
pas poster sur ton blog : je rage GRRR )