Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 17:03

   Bonjour à tous ! 

 

Une fois n'est pas coutume, voici un texte genre polar   ...

Je l'ai écrit pour un concours, en mars dernier.

Le thème? Juste avant la nuit ...                          

C'est la toute première fois que je frôlais ce genre d'écriture. Et vous savez quoi? J'aime ça !

 

 

                  Le fils du pharmacien.           

 

 

 

Quand il a débarqué dans mon bureau, place Buisset, au dixième étage de cette  tour de béton, avec sous le bras une farde noire, avec dans les yeux des codes savants et des règlements, j’ai senti que ce mec-là, c’était un emmerdeur, un mec qui cherche des puces ou pire encore, une véritable pompe à merde. Hautain et cérémonial, le genre de mec marié à une grenouille de bénitier. Tout cela puait la bourgeoisie urbaine. Et nous étions en 2011, à Charleroi, ville dite du pays noir. Ma ville, ma zone. Je n’imaginais pas que de tels types se baladaient encore dans nos rues, je croyais qu’ils étaient au musée, empaillés, et que les gosses des écoles passaient les voir…

La conversation, il l’a commencée par des remerciements anticipatifs et des salamalecs…Il parlait de l’exactitude horlogique de notre rendez-vous, des références me concernant obtenues par des amis du Lion’s club …J’ai failli lui stipuler de ne pas confondre horlogique et orgiaque, mais il n’aurait pas apprécié, c’est le genre de con qui ne plaisante pas avec ces choses-là. En public seulement, car ce sont ces cons-là qui déploient des exigences apocalyptiques quand ils se paient une pute.

Et puis, l’idée m’est venue que ce gars-là, il allait me demander de filer sa gonzesse. Avec la tête qu’il avait, il était cocu...

- Je vous écoute, monsieur Maghe, lui dis-je, en prenant mon air rassurant et protecteur, histoire que l’olibrius puisse cracher le morceau…

- Et bien voilà, m’intima-t-il, comme si les murs avaient des oreilles …Monsieur Schreiber, je vous remercie pour ce rendez-vous si rapide qui je l’espère sera le début d’une collaboration entre les deux hommes que nous sommes…

Oh le con, pensai-je, il parle comme un gars qui m’enverrait ses vœux ! Quel con !

- C’est bien normal, monsieur Maghe, lui dis-je, en imitant le sérieux de son intonation…Je vois sur les photos que vous étalez …un jeune garçon…

- Oui, poursuivit-il souriant, presque fier du faciès de sa progéniture, c’est mon fils …

- Et ?

- Et son comportement nous inquiète, mon épouse et moi-même …

Je lui tape un regard étonné, tout en continuant de regarder les photos du fiston…Mêmes binocles que son père, un p’tit air intello …Sûrement un futur pharmacien, un futur bourgeois …Lyon’s club le  samedi et messe le dimanche, ça promet pour l’avenir du pays …

- Et ?

- Et bien, tous les samedis, Denis prend le thalys de 07 heures 12, et il ne revient que tard le soir, juste avant la nuit….

- Et ?

- Et ce manège dure depuis des mois !

- Il revient, ne vous plaignez pas ! Il connaît peut-être une jolie parisienne !

- Denis ! Vous n’y pensez pas ! Il doit penser à ses études, il doit devenir pharmacien, comme moi ! Comme son grand-père ! Comme son arrière-grand-père ! Il n’a que 17 ans !

Le con, je pensais qu’il allait remonter comme ça jusqu’aux hommes des cavernes …

Bref, après m’avoir expliqué que le Denis, il devait marcher droit, qu’il pouvait avoir des idées personnelles du moment qu’elles étaient moulées dans celles de ses vieux, et surtout après m’avoir filé les tunes, le pharmacien a ramassé les photos du Denis, Denis à la plage, Denis tout propre le jour de sa communion solennelle …Et il  repartit, soulagé…

Moi je me disais que le gamin, il se payait une gonzesse à Paris, histoire de faire chier ses vieux …

 

Le samedi suivant, je l’ai filé, le Denis…Tout pareil à son père, soit ! Cependant,  comme ça dans la clarté de ce samedi de printemps, le Denis, il avait au fond des yeux bien autre chose que des potions magiques et de la poudre de perlimpimpin…Sans doute qu’entre ses deux géniteurs coincés, il ne disait mot, mais des révolutions et des désinvoltures, ça, il en avait …

A Paris, surprise, surprise…Le Denis, il est resté planté au Louvre devant la même toile …Il n’a parlé à personne, n’a ni mangé ni bu…On aurait dit qu’il était absorbé …

Le rituel se poursuivit durant plusieurs samedis ! De quoi il se plaignait le père Maghe ? Son gamin, gréco-latiniste convaincu, admirait une toile de Rubens ! Moi, pour vous dire tout ça, je me suis documenté …Le Denis, il s’extasiait devant Les Trois Parques, trois gonzesses qui s’occupaient soi-disant de la destinée des hommes ; c’est elles qui décideraient de nos vies, de qui on rencontrerait, de ce qu’on boufferait, j’en passe et des meilleurs …

 

Le père Maghe, quand il connut l’affaire, il fut ravi ! Denis au Louvre, devant un tableau de Rubens ! Une aubaine ! Quelle intellectualité ! La mythologie, c’est quelque chose !

 

Croyez-vous ça ? Croyez-vous ça ?

 

Satisfait de mon enquête, j’ai ramassé les tunes du vieux. Tout le pognon, je l’ai claqué dans les rues de la ville, dans ces petites rues où les filles ne demandent que ça, du champagne et du foie gras, du sexe, des loques et des parfums…Dans l’ordre ou le désordre, ça dépend…

 

Pendant que je me payais du bon temps avec des gonzesses de haut niveau, le Denis, il a déconné….

 

Le petit con, il a kidnappé un peintre de rue, un pauvre type qui crachait des couleurs sur une toile, juste pour gagner quelques pièces …

Et que lui a-t-il demandé, à ce scribouilleur ? Devinez ?

Ce jeune binoclard acnéique à la con, il a demandé au clodo de peindre ….Les Trois Parque …afin de lui donner des autres vieux, une autre vie, un autre destin !

 

C’est bien, les études …

 

Non content de cet acte démentiel, il poignarda le malheureux ! La peinture ne lui plaisait, il n’était pas certain que son nouveau destin lui conviendrait ! Les trois Parques ne tissaient pas la vie idéale …

Avec le sang du clodo, il recouvrit la toile …

Il rentra chez lui et, entre les pilules et les pommades, il avoua le crime à son vieux…

 

Celui-ci, sachant qu’il ne supporterait pas ce déshonneur, prit dans le tiroir-caisse une arme et tira sur son fils…Avec l’aide de madame son épouse, il maquilla le crime en suicide….Un fils dépressif, ça se suicide, n’est-ce pas ? Puis, il ferma les portes de son officine. C’était un soir de printemps, juste avant la nuit. 

 

 

 

 

  Des news?  Attendons septembre....

     Bonnes vacances à tous ! 

 

 

         " RUE BARAKA" est disponible directement chez mon éditeur Chloe des lys... (http://www.editionschloedeslys.be/livres.html )

( attention fermeture durant les vacances scolaires )

 

 

Voici la dernière note de lecture de RUE BARAKA ...

http://lesjardinsdulivre.over-blog.com/article-j-ai-lu-rue-baraka-de-carine-laure-desgain-75870069-comments.html#anchorComment

 

  

   Intéressés par mon parcours littéraire ? Une simple demande carinelauredesguin@gmail.com  et je vous envoie   mon press-book !

  Merci à tous !

 

 

Carine- Laure Desguin

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Carine-Laure Desguin
commenter cet article

commentaires

Philippe D 25/08/2011 22:02


Coucou, comment vas-tu? Je suis revenu de vacances et, maintenant, la rentrée est toute proche.
La réouverture de CDL aussi, d'ailleurs. Tout à l'heure, je suis allé dans une librairie. Une dame venait chercher le livre qu'elle avait commandé "C'est quoi ton stage?". Bien sûr, ils ne
l'avaient pas reçu. "La semaine prochaine sans doute", a dit la vendeuse. "Mon oeil", j'ai pensé!
Où en es-tu avec ton livre?


Carine-Laure Desguin 26/08/2011 18:22



Hello Philippe ! Comment je vais ?? Ben, bof, ça va ! J'essaie de me secouer pour reprendre les activités sur les blogs et surtout
poster un article ...Je voudrais lancer un article pour promouvoir QUAND TOUT BASCULE; figure-toi que je viens de m'apercevoir qu'il n'était pas au catalogue chez CDL; Où j'en suis avec mon livre
? Ben, RUE BARAKA suit son chemin, si j'ose dire ...LES ENFANTS DU GRAND JARDIN attendent que je fasse la maquette ...


Avril mai juin, j'ai écrit un roman policier, pour un concours; c'est pas vraiment mon style, mais on verra ! Une autre histoire
me trotte dans la tête mais bon, faut reposer ma tête auss ! Enfin, ça bouillonne toujours, comme tu l'as remarqué ...


Je lis en ce moment DE L'AUTRE CÔTE de la rivière, je passe un bon moment ! lA semaine prochaine, je passe une commande chez CDL;
On se verra le 16 à Roisin ? Tu signes ? Dis-moi car de cette façon, je ne mets pas ton étoile dans ma commande, j'attendrai le 16 ! Voilà mes news et toi ???



Florence 15/08/2011 14:57


Bisous en passant ma petite Gavroche, pour te souhaiter un bon après-midi !
Florence


Carine-Laure Desguin 16/08/2011 17:45



Merci, chère Flo ! Le soleil est revenu sur Charleroi et j'essaie d'en profiter un peu ...Pour le moment, l'inspiration est au
rendez-vous également ...Ce qui fait que j'écris beaucoup de nouveaux textes ! Il faudrait bien pondre un article pour mon blog mais je suis pas encore un mille-pattes ! Dommage ! Merci et bz
!



Kate 05/08/2011 17:57


Hellooooooooooo, si je suis la 500ème, en ma toute bonté, j'offre le bouquin (que j'ai adoré) au 501ème
Bisous


Carine-Laure Desguin 05/08/2011 18:03



Et zuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut ! OUI, tu es la 500 ème ! MDR ! Bonnes vacances à toi ! Profite ! BZ !



Florence 02/08/2011 18:28


Juste un tout petit coucou car j'ai toujours mal !
Pauvre peintre des rues, il ne pouvait pas peindre comme Rubens, c'était à prévoir ! Peintre, rue, psy, paumé... bon mélange pour ma petite Gavroche !
Bisous
Flotte !!!


Carine-Laure Desguin 05/08/2011 18:05



Oh la la, pauvre Flo, avoir toujours mal, c'est tuant. MAis tu es courageuse, tu fais des efforts pour être de bonne humeur, je
t'admire ! Ici aussi, flotte flotte flotte ! Et dire que demain, j'ai une copine qui se marie ...



Anne Renault 31/07/2011 20:37


Un style qui décape, alerte, vivant, juste. Et une histoire qui me plaît bien. C'est vrai que les fils de pharmacien, ça se "suicide". J'en ai connu...
Amicalement
Anne


Carine-Laure Desguin 01/08/2011 07:52



Merci Anne. Un style qui change, comme tu vois ! J'ai promis de suivre mon inspirationalors et bien...je tiens mes promesses ! La
mythologie m'interpelle et c'est une façon de la révéler ... Et des jeunes mal dans leur peau, il y en a beaucoup aussi ...C'est un des points forts des participations aux concours littéraires de
tout genre: on doit réfléchir, sortir de ses habitudes, s'interroger, s'intéresser à d'autres genres. Comme les étiquettes ne me conviennent pas trop, les concours me permettent de surfer ...A
bientôt et je te souhaite un mois d'août plein de jolies choses !