Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 13:46
 
 
  Bonjour à tous !
 
  Et voilà mars ...Il nous apporte de la joie, les carnavals sont de retour!
  A  nous les tambours, les oranges, les villes en fête...
 
  Merci pour vos commentaires au sujet de RUE BARAKA !
 
  Vous croyez que je dors sur mes lauriers? Parce que le second  roman ne montre pas le bout de son nez ? Pensez donc! C'est mal me connaître ! J'attends des résultats de concours littéraires, voilà tout ! Et ça m'empêche de corriger le texte des Enfants du Grand Jardin ? Mais noooon ! J'écris des nouveaux textes ! Ouuuuui, pour des concours ...Dix pages à gauche, dix pages à droite...Une poésie par ici, une autre par là ! Une participation aux printemps des poètes, une autre à autre chose ...Dans les prochaines semaines, vous lirez même un texte genre fantastique, un truc qui fait monter l'adrénaline ...hé oui, l'écriture, ça évolue !
 
 
  
 
Les Oiseaux des villes  ( IX )
 
La ville se déplie sous les bruits
De tambours battants sabots et préambules
Les rideaux se dévoilent petit à petit
Ouvrant rues ruelles et tentacules
 
 
Pour un jour la ville couvre ses murs
De confettis de serpentins et d'autres cosmos
Des cosmos comme c'est drôle en ville c'est peu sûr
Remplaçons - les donc par des roses
 
 
Le carnaval se fête levez tous les bras
Déployez vos rires vos cris oubliez vos trépas
Surprenez les rivières enseignez les feux
Dégoupillez les matins blêmes des miséreux
 
 
Dansez les pas et brûlez l'insondable
Des ardents sans sommeil à la saison nouvelle
Des oranges dans les mains et quoi donc sur la table
Des jouets d'enfant et d'autres ritournelles.
 
 
Les Oiseaux des Villes ( X )
 
Le soleil est partout comment se peut-il
Qu'il soit en même temps en France au Brésil
Jamais je ne percerai les mystères des temps
Des univers des ciels et des roses  des vents
 
Rien de tout cela dans les livres d'école
On nous donne des degrés des mesures des symétries
On nous dit attention danger surveille tes paroles
Ecoute ce que tu lis répète ce qu'on te dit
 
Le soleil est partout comment se peut-il
Qu'il soit à la fois en avril en septembre
Qu'il roule si vite déboulonnant les fils
D'or d'argent bleus jaunes et ambres
 
Soleil des campagnes et soleil des villes
Tes rais généreux fortunés rouges sociaux
Ricochent sur les prairies et s'étirent agiles
Sur les cerfs-volants et les blancs oiseaux.
 
 
 
!!!!   " RUE BARAKA" est disponible directement chez mon éditeur Chloe des lys...  http://leursecritscdl.skynetblogs.be/archive/2010/09/22/rue-baraka.html

( attention fermeture durant les vacances scolaires )  !!!!

 

Ne partez pas comme ça ! Laissez un commentaire....Là, en bas...

Merci !

 

Carinelauredesguin@gmail.com

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Carine-Laure Desguin
commenter cet article

commentaires

Florence 26/03/2011 12:41


Tu ne m'as pas comprise ! Je me suis mal exprimée ! Je te demandais qu'elle était ton odeur à TOI Carine-Laure ?
Re Bisous et Re Bonne journée !
Florence


Carine-Laure Desguin 26/03/2011 13:08



Ah ! Mon odeur à moi ! Ma madeleine quoi ? j'en ai plusieurs ...ne ris pas mais quand je bois du coca, je songe toujours au tout
premier coca que j'ai bu. J'avais quatre ou cinq ans, j'étais en visite, dans un camping, j'allais voir avec maman une de ses collègues. La dame avait un petit garçon et voilà que nos mamans nous
envoient chercher des bouteilles de coca à l'autre bout du camping. C'était chouette, on se croyait grand ! Quand je bois un coca aujourd'hui, je repense à ce petit garçon ! Une autre odeur ?
Quand j'allais à la mer, on déposait dans le hall d'entrée de l'appart, une casserolle et quelques pièces; pour la soupe ...Ah ! Cette odeur de potage, j'y repense encore aussi ...Ai-je répondu à
ta question chère Flo sinon, je recommence! Hi hi hi !



Pâques 20/03/2011 19:48


Le soleil est partout comment se peut il?
Avec toi, c'est toujours le cas- comme ton livre, rue Baraka, un livre qui déborde d'énergie, une journée particulière qui change le cours d'une vie...
Marcelle


Carine-Laure Desguin 26/03/2011 12:10



Hé oui, Marcelle c'est ton nom c'est ton nom, la journée commence et on ignore ce qu'elle nous réserve..;Tarek ce matin-là, n'imaginait pas qu'en bousculant un vieil homme, il recevrait ce beau
cadeau ..Merci et à bientôt !



Florence 20/03/2011 09:10


Je n'avais rien reçu pour me prévenir que tu avais publié ces poèmes. Je croyais être sur tes tablettes ? Enfin là, je pense que j'y suis !
J'aime ces poèmes qui te ressemblent et qui ont le positif de la Rue Baraka ! Ils doivent bien se rendre au carnaval nos deux vieux amoureux ? Je les vois même se déguiser : elle en midinette et
lui en arlequin !
Bisous chère Carine-Laure !
Au faite ! Qu'est ce que tu sens toi ?
Florence qui te dits à bientôt


Carine-Laure Desguin 26/03/2011 12:08



Au carnaval, je sens toutes sortes d'odeurs ! Je sens surtout le printemps car ce jour-là, il y avait un très beau soleil annonciateur de choses joyeuses ...Des odeurs ...J'aime l'odeur des
villes, des gens ...



Nadine Groenecke 18/03/2011 12:40


Je constate que, sous la casquette, ça fourmille d'idées ! Vais peut-être songer à m'en acheter une...


Carine-Laure Desguin 18/03/2011 22:33



Attends un peu alors chère lauréate du prix Victor Hugo, des fois que je voudrais commercialiser des casquettes RUE BARAKA !
Encore bravo à toi !



Un petit Belge 16/03/2011 18:53


Je passe te faire un petit coucou, j'espère que tu vas bien. Sur mon blog des auteurs belges, j'ai parlé cette semaine d'un livre sur la poésie. A bientôt!


Carine-Laure Desguin 18/03/2011 22:21



Merci, Petit Belge, je fais un tour des blogs et je verrai ça. Je reviens de la bibliothèque de Marchienne. Une soirée était
organisée pour la présentation d'un livre d'haikus de Daniel Decharneux, Editions AUDACE, au profit des enfants leucémiques. Belle rencontre. Bon week-end à toi !