Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 12:01

Bonjour à tous !

 

Vous êtes nombreux à me demander des commentaires de RUE BARAKA ! Voilà, voilà ! Les premiers commentaires d'un premier roman sont, dans la vie d'un auteur, des moments mémorables, heureux ...Un merci tout particulier donc à Christian Van Moer, Kate Milie, Marie-France Mellone ...

Vous lirez aussi sur cette page les commentaires de Céline Gierts et de Martine Dillies- Snaet...

 

 image-1 

imageChristian Van Moer, licencié en philologie romane de l'ULB et auteur de plusieurs romans édité chez "Chloé des lys" a lu et commenté pour vous "RUE BARAKA":

LE RÉCIT :

Joli roman, où Carine-Laure Desguin offre à son lecteur sa recette du bonheur à travers la rencontre entre trois personnages :
- Tarek, jeune glandeur bon à rien à la dérive ;
- Georges, vieux peintre psychologue, amène et hospitalier ;
- Clara, péripatéticienne montmartroise arrachée au trottoir et reconvertie dans l’art culinaire…
- J’allais oublier Henry, le jacquot turbulent, « l’oiseau troubadour »…

C’est le récit d’une prise de conscience salutaire et d’une métamorphose fulgurante : celles du jeune Tarek qui ressort ébloui et transformé par sa providentielle rencontre.
Pour le lecteur comme pour le jeune paumé, s’ouvrent soudain les portes d’un atelier rempli de mystère et de trésors, d’une caverne d’Ali Baba où les couleurs et la lumière fascinent tout d’abord l’invité. Mais peu à peu, au cours de la visite et du déjeuner convivial, les dialogues assènent avec bonhomie des vérités simples et essentielles qui se chargent de la force des évidences.

Carine-Laure déroule son récit dans un « Montmartre miniature » en évoquant avec bonheur et une pointe de nostalgie la faune hétéroclite et bigarrée des peintres, poètes, danseurs et chanteurs de la Butte de la Belle Epoque (les Toulouse-Lautrec, Picasso, Modigliani, Bruant, la Goulue…) survivant aujourd’hui dans nos mémoires.

En offrant à Tarek son précieux cahier bleu « majorelle », le vieux peintre lui fait don de son « secret » du bonheur :

Un recueil d’aphorismes :

- Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas. (Lao Tseu)
- Croire au soleil quand tombe l’eau. (Aragon)
- Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse. (Proverbe allemand)
...

Un vade-mecum de conseils simples qu’on oublie trop souvent de mettre en application :
Et le martèlement de ces idées-force change radicalement et à jamais la vision du jeune Tarek sur lui-même et sur le monde.
Mais ici, pas d’extraits : je ne vais quand même pas vous dévoiler le  « secret » du vieux peintre. A vous de lire Rue Baraka pour le découvrir.


L’ÉCRITURE :

Elle est impeccable. La syntaxe est rigoureuse.
Carine-Laure sait écrire en bon français, utiliser le mot juste, courant ou d’argot lorsque c’est nécessaire, plus recherché lorsqu’il est bon de relever la phrase, adapter le langage aux personnages.
Jugez plutôt :

« Tarek arbore une mine décomposée, ciselée et morcelée. Il est le garde-meubles d’idées stériles d’après les dires d’un ancien professeur. Ce dégoût malaxé sans répit s’est ancré jour après jour, lestant au fond de lui des sentiments tortueux qu’aucune situation jusqu’ici ne parvient à décanter. C’est sur lui que la boîte de Pandore a déversé toute la misère du monde, balayant sans argument cette étoile limitée d’office à deux qualificatifs : bonne ou mauvaise. »

« Tarek, attristé, présente au reste de la planète un visage d’apatride. Dans sa longue errance, il compte béatement les pavés sous ses pas hésitants. »

« Dans cette grande maison, j’essaie de respirer candidement ce quartier de Paris, ceinturé de peintres et de poètes. Montmartre est exigu, cantonné sur cette parcelle de quelques kilomètres carrés. Et grandi un million de fois, par le vent de la liberté de création qui siffle dans chacune de ses rues. »

« Je dis MERCI, car nous avons assez d’oseille et de talbins (billets de banque) dans le larfeuille (portefeuille). Ça nous permet de remplir frigo et garde-manger à volonté, et à l’occase de dépanner des gamins comme toi, Tarek […] Quand on regarde quelqu’un, on trouve toujours bien une pincée de merveilleux en lui ! Même chez les harengs (proxénètes), y’a du merveilleux !»

Carine-Laure pimente également son texte de traits d’humour, évitant ainsi de tomber dans le piège de la leçon rébarbative :

« … humour « claractéristique »
« … distrait par les graines qu’Henry projette partout autour de sa geôle VIP… »
« Voici un lapin qui n’est plus agile depuis longtemps et, dans quelques instants, vous dégusterez des galettes qui ne sortent pas du moulin… »



Voilà donc un bon petit roman (80 pages), sans grandiloquence, sans vulgarité, sans violence, qu’on peut mettre entre toutes les mains, une fable qui force à la réflexion et dont je n’hésite pas à recommander la lecture.
On pourra dire que c’est par trop moralisateur, mais il n’est pas mauvais de donner à certains une bonne leçon de vie sociale. Présentée comme une recette du bonheur, habilement distillée dans des dialogues savoureux et amusants, dans une prose séduisante, elle peut faire mouche.

Bravo, Carine-Laure ! Mon impression finale est qu’une telle œuvre ne peut être que celle d’un être sensible et profondément humain.


 

 

Commentaire de Kate Milie

 

Elle s’appelle Carine-Laure Desguin. Elle est peut-être une petite nouvelle dans le monde des Lettres, mais son arrivée n’est pas du tout passée inaperçue.

Via son blog, elle s’est présentée sans détour : « Bien sûr que j’écris sur le quai de la gare… Je suis assise sur ma valise, voilà tout ! Et j’écris… ». Elle n’a pas cessé de nous interpeller : « Chers amis, qu'avez-vous fait de vos rencontres d'hier, qu'avez-vous fait de vos rencontres de tout à l'heure ? Le hasard, pour vous, qui est-il ? D'où vient-il ? ». Passage 2009-2010 : « Ecrivez aussi vos désirs secrets, ceux accrochés à vos soupirs et pensez-y le plus souvent possible. Et, qui sait....une baguette magique pourrait vous exaucer ! Pourquoi pas ? Tout est possible ! »
http://carinelauredesguin.over-blog.com

Son bouquin « Rue Baraka » vient de paraître. 82 pages. Qu’a-t-elle écrit Carine-laure, un court roman, une longue nouvelle ? Je ne sais pas. J’ai envie de répondre un récit initiatique, à moins que ce ne soit un conte philosophique ? Ou un livre de vie ? Ou tout à la fois ?

Elle nous offre une histoire qui débute par une rencontre. Une ville, une rue, un matin de marché, un jeune homme à côté de ses pompes, perdu dans ses mornes pensées heurte un vieil homme transportant une grande caisse. Tarek, désabusé, revenu de tout, propose son aide. Tiens, lui qui quelques pages plus loin, va s'écrier : « Aimer la vie, vous êtes fort vous, la vie ne m’a rien donné à moi ! » aurait-il décidé soudainement d’écouter « sa boussole intérieure » ? Et le voilà pénétrant l’univers du vieux peintre. Par les mystères d’une pièce très lumineuse, les évocations d’un passé fascinant, Paris, Montmartre, les artistes à la vie tumultueuse, Tarek va partir à la rencontre de ses émotions et de son Moi profond. Bien-sûr, Clara, la compagne du peintre, Clara rencontrée à Pigalle, Clara restée « typée Pigalle », Clara et son fameux repas sera aussi pour quelque chose dans le grand bouleversement qui va s’opérer en quelques heures dans la vie du jeune homme.

La création, l’art, la joie de vivre, la générosité, la pensée positive sont omniprésents dans ce récit qui se dévore d’une traite. Des moments d’arrêt ne sont pas à négliger car Rue Baraka invite à la réflexion et à une plongée au plus profond de soi. Carine-Laure Desguin nous a fait cadeau d’une bien belle histoire. On sort de son livre joyeux et confiant. L’auteure qui est infirmière, donc confrontée tous les jours aux limites humaines et à la finitude, nous montre qu’il y a beaucoup plus de « possibles » dans nos vies qu’on ne le pense…

Mais laissons le mot de la fin à Tarek : « Son cœur est rempli de mercis envers ce couple amoureux de la vie, déridé de tout préjugé (…) IL a abandonné cet air résigné de quelqu’un qui accomplit les gestes par obligation, il échafaude des projets ».

Une note de lecture de Kate Milie, auteure de "Une belle Epoque" ( Editions Chloé des lys/2009 )


http://kate-milie.skynetblogs.be/

 

 

 

 

 

Commentaire de Marie-France mellone :

 

 

Voici une petite note de lecture sans prétention.

Plus qu’un roman, ce livre est un passage initiatique, un cheminement vers son moi intérieur. Je n’hésiterai pas à dire une leçon de vie. Une cure d’optimimisme. A l’image de sa couverture, il ensoleille la vie. Il devrait être remboursé par la sécurité sociale !

Carine-Laure possède l’art de camper des personnages bien vivants, que le lecteur croit voir évoluer sous ses yeux. Tarek qui traine son ennui comme un boulet, Georges avec son air bohème et Clara avec sa gouaille parisienne sont plus vrais que nature. L’auteur écrit de façon juste et précise, n’hésitant pas à utiliser l’argot pour faire vivre le récit.

Vous l’aurez compris, ce livre m’a emballée. Je ne saurai trop vous le recommander.

 

Marie-France mellonne, auteure de "Au gré du coeur" ( Chloé des lys, 2008 )

 

http://www.mfmellone-fr.net

http://lesmotsdemariefrance.over-blog.com

http://lebilletdelamarmotte.over-blog.com

 

 

 

Commentaire de Céline geerts

 

bonjour Carine Laure
 
Je reviens de la rue Baraka, j'y ai rencontré des personnages haut en reliefs, Clara débordait presque des pages du livre. Un petit théâtre trés expressif s'est animé devant moi et j'ai retrouvé avec plaisir l'évocation de mes coins préférés de Mont Martre. A mettre entre toutes les mains de nos "tarek" déprimés. Si tu appliques tes créations lors de tes soins à domicile, tu dois faire entrer un peu de soleil chez tous tes patients. Continue à penser positif comme ton vieux peintre ;-)
bonne journée,

 

Céline Gierts, auteure de "Orages"  ( Editions Chloé des lys/ 2010 )

 

 

 

 

Commentaire de Martine Dillies-Snaet

 

 

Avant de commencer la lecture de son ouvrage, je me demandais quelles surprises me réservait ce diable d’auteur avec qui j’ai partagé une pizza des plus infectes !
Infirmière de profession, Carine-Laure DESGUIN passe sa vie en réserve, en retrait, « en écoute » des autres et, a contrario, ce diable d’auteur libère un punch du tonnerre quand elle laisse ses mains pianoter le silence. Derrière son clavier, elle exulte, trouve le mot, sa famille et la technique pour les propulser au sommet d’un ouragan qui emporte. Elle ratisse large et tout le monde l a suit dans son trop-plein de vie délirant.
Pourtant, si vous la rencontrez, elle vous installe dans le silence et la quiétude dont elle s’est fait des alliés.

Celui qui a aimé « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » de Jean-Pierre Jeunet et « Truman Show » de Peter Weir adoreront son récit. Le verbe est juste. L’écriture impeccable sent bon la gaîté, les couleurs et l’optimisme. Si vous êtes stressés et avez le teint grisâtre, vous vous accrocherez peu à peu à cette rencontre. Avec un air de ne toucher à rien, si ce n’est par ce savoir-faire, Carine-Laure DESGUIN vous forcera à ouvrir les yeux et vous entraînera dans la rue Baraka colorée qui est en chacun d’entre nous.
Et le cheminement sera bon.

Les descriptions sont superbes. Mille touches de senteur, de couleur qui,… paf/paf/paf/ sont claquées sur la toile à un rythme de claquettes. Même la palette du peintre fait partie inhérente du jeu : l’auteur n’est pas étranger à son histoire, le lecteur l’y sent partout.

« Autour d’eux, les gens se parlent, s’occupent, achètent le journal, le pain, le kilo d’oranges ». Si je ne devais retenir qu’une seule phrase de ce livre, ce serait celle-là. Rien à voir avec l’histoire, avec la philosophie du récit, mais pour moi, elle est un morceau de musique à part entière. Rien que pour ces mots-là, pour avoir trouvé cet assemblage, Madame Carine-Laure DESGUIN, merci.

Alors, en un mot, si vous avez aimé « Amélie Poulain », vous aimerez « Rue Baraka ».

 

Martine Dillies-Snaet , auteure de nombreux ouvrages ...retrouvez-la sur son site:

http://users.skynet.be/TheDillies/

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Carine-Laure Desguin
commenter cet article

commentaires

Emilie Decamp 19/01/2011 09:00


Et bien ! Impressionnant le nombre de critiques :)
Je suis impressionnée et jalouse !

Non, je rigole :D juste impressionnée. Mais il n'y a pas de quoi l'être au final, parce que "Rue Baraka" (et son auteur) les mérite !


Carine-Laure Desguin 19/01/2011 14:20



Merci ma grande chérie...Mais dis donc, tu vas pas te plaindre hein toi ! T'as vu ton palmarès ?? C'est par souci de clarté que
j'ai rassemblé les commentaires. Je vais compléter d'ailleurs en mettant en dessous de chacun de vos commentaires vos oeuvres et adresses des blogs ...mais patience patience !



Edmée De Xhavée 18/01/2011 23:53


Bonne idée de nous offrir ainsi l'avis de tous ces autres en une seule lecture! Et comme tu continues sur ta lancée avec panache, je ne doute pas que d'autres commentaires suivront!


Carine-Laure Desguin 21/01/2011 12:49



Hé oui merci chère Edmée ! C'est vrai que pouvoir lire directement sur le blog les commentaires rassemblés sur quelques pages, ça
fait un peu d'ordre dans la faune ...A bientôt !



Philippe D 18/01/2011 22:04


Un seul mot : Waouh ! Ca fait plaisir tout ça!
Bonne nuit.


Carine-Laure Desguin 19/01/2011 14:18



Oui merci Philippe! Je suis gâtée ! Je pense que c'est plus clair comme ça, pour trouver les commentaires de RUE BARAKA ...On
arrive sur le blog, on regarde dans la liste des articles et on trouve ceux concernant les commentaires ...